Valid XHTML 1.1

Des lieux, des paysages, mais surtout un lieu

Quelques images de "cadres de vie", évidemment bien vides, si l'on ne va pas voir, dans d'autres pages, les images de tous ceux qui y ont vécu.

Le village de Lorquin

C'est de ce village de Moselle, que part l'histoire de la famille Thiry. Aux XVIIIe et XIXe siècles, nos ancêtres Thiry y ont été laboureurs, tanneurs,marchands de fer.

Le chateau d'Ailleville

Le Chateau d'Ailleville : Maman y est née.

L'Ecole d'Agriculture de Tomblaine

Notre grand père paternel, et avant lui notre arrière grand-père lui furent Directeurs de cette Ecole

La ferme de Frocourt

Le château de Fléville : la ferme de Frocourt (l'appellation ancienne était "la Cense de Frocourt") était sur le territoire de la commune de Fléville devant Nancy.

Il parait qu'au XVIIe siècle ce château ressemblait à cela.

Et voilà Frocourt : au premier plan un jardin, en partie potager, en partie de plaisance, puis la maison d'habitation, où nous sommes presque tous nés (les fenêtres de la chambre des parents sont sur la façade de gauche), ensuite la cour de la ferme et, au loin, la côte de Ludres.

La cour de la ferme telle qu'Emile et Simone ont du la trouver quand ils se sont installés à Frocourt

Une vue panoramique de la cour de la ferme, avec quelques repères (repaires de nos parties de cache-cache ou de "gendarmes et voleurs"), avec Maman et, sans doute, un chargement de bois, pour la cuisine et le chauffage... Commentaire : les appellations "bergerie" et "vieilles cuisine" doivent remonter à des temps immémoriaux (au moins pour nous les enfants...).

Une autre vue, de la même époque, encore plus panoramique (120 degrés...) . Prise depuis le toit de la maison, elle fausse évidemment les perspectives, mais montre, à gauche un peu du "côté jardin", à côté du "côté cour", et- à droite, un peu de la forêt de Haye...

C'était l'entrée "normale" de la ferme : ce chemin venait de la route nationale.

La côte de Ludres et la forêt de Haye, ce que l'on voyait de puis cette entrée de la ferme

C'était l'allée des marronniers, autre accès et raccourci vers la route nationale et la gare de Houdemont, pour les pauvres petits écoliers piétons (!) que nous étions : "vous avez vos cartes (de réduction), alors marchez d'un bon pas" nous disait Maman...

ce chemin, souvent boueux, prlongeait l'allée des marronniers.

Cette allée des marronniers, si belle en été...

...mais qui n'était pas toujours aussi enchanteresse...

Ce chemin-là menait de la ferme au bois et, plus loin, à Fléville.

Vues depuis Frocourt, des paysages moins plats qu'il n'y parait, vers Fléville à gauche (le Vermois au fond)...

...vers Houdemont à droite, la Forêt de Haye.

Quelques vues, sans commentaires, de la maison et du jardin

Une "pension" à Nancy

Le "22 rue du Haut Bourgeois" (une rue à la limite du vieux Nancy) où vivaient Grand'mère Thiry et Tan Maï et où quelques-uns d'entre nous ont été "en pension". L'appartement était au 2ème étage derrière les 4 fenêtres de cet étage. Nous n'y étions pas vraiment malheureux, mais quel bonheur de repartir à Frocourt pour le jeudi (jour de congé à l'époque) et le dimanche.

Et quand nos parents ont quitté Frocourt...

La maison de Mangonville, la façade Est.

La maison de Mangonville, la façade Ouest.

L'église de Mangonville.

Et nous nous sommes dispersés, plus ou moins loin, avec nos souvenirs de Frocourt, des nostalgies, peut-être... Mais Frocourt a disparu, même le nom sur les cartes de l'IGN...

... il reste au bord de ce chemin si longtemps parcouru, la première construction de la ZAC de ... Frocourt ( de la Cense de Frocourt à la ZAC de Frocourt...!)

Mais il reste ce vieux platane, épargné, sur le bord du chemin qui mène à Fléville en passant le long du Bois de Frocout (au fond).

retour au début de l'album